Association Française de Sociologie réseau thématique 31

Catégorie Controverses

Fil des billets - Fil des commentaires

Journée d'étude SOI (Université de Toulouse) - 22 et 23 mais 2013

mercredi 27 mars 2013, par Patrick Trabal

Face à la diversité des questions posées par l’évolution des dispositifs de prévention et d’éducation sanitaires relatifs aux injonctions liées à la nutrition, aux soins des patients, aux préoccupations de lutte conte les inégalités sociales en matière de santé, et, plus largement, aux formes de mobilisations politiques et sociales contre la sédentarité, les journées d’études « Corps, Sport, Santé, Société » proposent des moments d’échanges autour de résultats de recherches récents produits dans ces domaines respectifs et l'étude de leurs interconnexions. Les travaux présentés s'attachent à relier les différents objets aux transformations les plus fondamentales qui caractérisent les modes de vie contemporains, les interactions sociales, les organisations qui les régulent et les variations culturelles et historiques des formes d’éducation sanitaire, comme des politiques de gouvernement des corps. 

Quatre axes principaux organisent ces Journées d’études :
-­ Dispositifs mobilisés dans l'éducation du patient. Étude des préconisations induisant une transformation des habitudes de vie alimentaires et physiques.
-­ Inégalités sociales de santé.  Méthodologies d’évaluation des politiques publiques visant à corriger ces inégalités sociales sous l’angle d’une prise en charge collective des vulnérabilités.
-­ Campagnes d’éducation pour la santé. Évolution des formes de mobilisation des populations dans la promotion de modes de vie physiquement actifs.
-­ Action publique, territorialisation et prévention sanitaire.  Médiatisation et modalités de « gouvernance » des politiques de santé publique. Forme d’organisation.

Chaque axe de recherche est présenté sur une 1/2 journée. Des chercheurs invités exposent leurs travaux en relation avec  les thèmes concernés, suscitant la  discussion, puis jouent ensuite un rôle de discutant des présentations faites à partir des programmes de recherches réalisés par l’équipe Prissmh‐SOI.

MERCREDI 22 MAI : 9h00 – 12h00 : L'éducation du patient et la transformation des habitudes de vie alimentaires et physiques.

Responsable : Jean Paul Génolini, Prissmh-­SOI, Toulouse III
Invitée : Sylvie Fainzang (Directrice de recherche à l'Inserm)
Discutante : Maïté Tauber, (PUPH, CHU Toulouse)

MERCREDI 22 mai : 14h00 – 17h00 : Prévenir, réduire et évaluer les Inégalités Sociales de Santé
Responsable : Nadine Haschar-­Noé, Prissmh-­Soi, Toulouse III
Invité :  Gilles Vieille-­Marchiset (PR, Université de Strasbourg),
Discutante : Maïté Tauber, (PUPH, CHU Toulouse)

JEUDI 23 MAI : 9h00 – 12h00 : Évolution des dispositifs d’éducation pour la santé et formes de mobilisation des populations -­
Modes de Vie actifs (sportifs) et Santé (MODACSANT)

Responsable : Yves Moralès, Prissmh-­SOI, Toulouse III
Invité : Luc Berlivet (chargé de recherches au CNRS – CERMES)

JEUDI  23 MAI : 14h00-­17h00: Action publique, territorialisation et prévention sanitaire : médiatisation et gouvernance des politiques de santé publique

Responsable  : Nadine Haschar Noé, Prissmh-­SOI, Toulouse III

Invité : Jérémie Nollet (Lassp, IEP, Toulouse 1)
Discutante : Anne Mayère (Certop, équipe Ecorse, Toulouse III)


Catégorie: Controverses | aucun commentaire | aucun rétrolien

Les enjeux socioculturels de la pratique sportive féminine en Tunisie. Cas du football féminin

lundi 8 février 2010, par admin

Auteur : Ben Jannet Zouheir

En Tunisie, le sport féminin a connu durant les vingt dernières années une évolution sans précédente. En effet, le nombre des licenciées appartenant aux différentes fédérations sportives tunisiennes est passé de moins de 2 milles en 1994 à 27 milles en 2007. Le nombre des footballeuses et des clubs de football féminin ne cesse à son tour d’augmenter d’une année à une autre.

Toutefois, et sachant qu’elle est expliquée le plus souvent par les efforts déployés par l’Etat, et non par une dynamique socioculturelle favorisant l’accès de la femme à certains champs sociaux considérés auparavant comme étant des espaces d’action et de négociation sociales qui ne concernent que les hommes, cette évolution n’a pas pu jusqu’au présent changer les représentations du sport et du football en particulier chez la femme tunisienne. Cette dernière se voit jusqu’à nos jours « incapable » de se placer au centre du paysage sportif et surtout celui du football au même titre que l’homme.

Ainsi, et juste à titre d’exemple, on remarque que la présence de la femme dans le paysage sportif tunisien est beaucoup plus ressentie dans le cadre des sports individuels (gymnastique, natation, danse, etc) que dans le cadre des sports collectifs (football, basket-ball, etc). On remarque également que plus les activités physiques et sportives sont institutionnalisées, officialisées et médiatisées, plus la femme s’engage moins. Ceci est sans doute en relation avec la culture traditionnelle qui fait de la femme plutôt un « être domestique » qu’un « être public » et qui oblige cette dernière de se limiter aux pratiques sportives socialement défavorisées.

C’est dans ce sens, peut être, qu’on peut dire que la pratique du football féminin en Tunisie répond beaucoup plus à une politique officielle visant la promotion du sport féminin en général, qu’à une volonté féminine de pratiquer ce type de sport et de dépasser le système socioculturel selon lequel les activités physiques et sportives sont distribuées très inégalement entre les deux sexes.

Après avoir présenter les principales mesures mises en œuvre par l’Etat tunisien en matière de promotion du sport féminin en général et du football en particulier, le présent article aura l’ambition de comprendre l’apport de ces mesures dans le processus d’intégration de la femme dans le domaine du football. Il vise également à connaître les différents enjeux d’ordre socioculturel de la pratique féminine du football et les obstacles empêchant la femme de pratiquer ce genre de sport.

Lire la suite...


Catégorie: Controverses | aucun rétrolien

Histoire du sport au Maroc depuis l’antiquité à nos jours

mardi 10 avril 2007, par admin

Auteur : Saïd ZERZOURI - Docteur en éducation physique de l’Université Libre de Bruxelles

Le Maroc est le seul pays arabe qui s’ouvre sur la méditerranée et sur l’atlantique. Son histoire est très ancienne, sa culture est un mélange de celle des premiers habitants de l’Afrique du nord ou du Maghreb qui sont des berbères et celles des autres civilisations qui l’ont conquit : phéniciens, juifs, romains, arabes et au XXème siècle les occidentaux (France et Espagne). Chacune de ces civilisations a apporté, aux indigènes, sa culture, son style de vie, ses loisirs,.... Pour pouvoir parler de l’histoire culturelle du Maroc il faut reprendre possession de son passé et chercher dans les très rares publications qui racontent le mode de vie ludique ou sportif dans ce pays depuis l’antiquité. Il est certain que l’attachement ou le sentiment national risque d’idéaliser le passé, mais ce qui est logique c’est d’analyser les différentes civilisations qui s’y sont installées et qui ont contribué de près ou de loin à la culture de l’ancien Maroc. En se basant sur le fait que le sport est le résultat d’une codification et institutionnalisation de certains jeux préexistants chez différentes ethnies ou civilisations, nous allons étudier les jeux physiques (ou sports antiques), puisque le mot sport est récent, de toutes les civilisations installées au nord de l’Afrique et en particulier au Maroc pour des raisons commerciales ou religieuses afin de bien connaître l’histoire du sport dans ce pays. Après avoir été envahit par les grecs, le Maroc était judaïsé puis christianisé avant de passer à la foi nouvelle au VIIème siècle par les Arabes venant d’Orient pour islamiser tout le Maghreb. Les berbères ont subit alors des courants, des cultures et des modes de vie différents à les leurs. D’après le témoignage de P.E. Ohl (1977), « de l’égyptien au sumérien, à l’assyrien, au phénicien, à l’égéen, au grec ; du romain au byzantin, au chinois, au japonais, à l’indou et au musulman jusqu’à l’émergence de l’époque moderne, l’empreinte du culte du sport a été omniprésente ». Mais il est difficile de faire une comparaison entre le sport antique pratiqué par les différentes civilisations et le sport moderne même s’ils existent des similitudes entre les deux activités, le premier servait les peuples pour des raisons de survie et militaire. Pour être considérer comme un bon citoyen, il fallait être un bon guerrier par conséquent très sportif, la compétition et le combat faisaient partie de leur vie de tous les jours, les activités physiques étaient indissociables de leur mode de vie. Ce qui importait dans l’antiquité c’était la victoire plus que la performance. Les performances modernes sont plus directement liées à l’apport monétaire (VANOYEKE V., 1992). Il est claire que chez les premiers habitants de l’Afrique du nord existaient des jeux de divertissements faisant appel à des activités physiques ou organiques, qui se sont développés ou associés à ceux des civilisations arrivées de l’occident ou de l’orient pour constituer ce que nous pouvons appeler l’histoire du sport de ce pays. Berceau d’une civilisation arabo-mauresque, authentiquement musulmane, le Maroc n’a pas manqué, de par sa position stratégique à la croisée des grands chemins, de se tailler une image de tolérance et de libéralisme qui allait l’ériger en point de rencontre des courants de pensée et en terrain de prédilection des innovations génératrices de progrès. Comme dans de nombreux autres domaines, activités productives mais aussi divertissement organisés, la pratique sportive, par ses nobles appels à l’exercice assidu et à la compétition loyale, devait trouver dans le tempérament des sujets marocains des prédispositions à en faire de fervents adeptes. Les civilisations du bassin méditerranéen ont su développer à travers les âges l’esprit de compétition et donner de larges échos aux exploits humains. A l’apogée de chacune de ces civilisations, comme dans les moments les moins fastes, les exploits des peuples riverains de la Méditerranée ont forgé une nouvelle forme de culture et inspiré les poètes.

Lire la suite...


Catégorie: Controverses | aucun rétrolien

Le sport et ses affaires -quatrième de couverture-

vendredi 29 avril 2005, par admin

Auteurs : Pascal Duret, Patrick Trabal

Quatrième de couverture : Le sport s’impose comme un mythe majeur de nos sociétés, pourtant les “affaires” le mettant en question se banalisent si bien que la célébration immédiate des vainqueurs fait place à une interrogation sur les preuves de leurs mérites. Les auteurs analysent les récentes affaires de dopage (Johnson, Bouras, Virenque) ou de corruption (OM/VA le CIO). L’analyse permet de mieux comprendre pourquoi certains scandales orchestrés de bout en bout par l’institution sportive tendent à la renforcer alors que les affaires débordant les seules frontières du sport la mettent en danger. Elle permet une comparaison entre les affaires sportives et celles des mondes politique et financier. Elle montre comment se transforment les normes sportives et les frontières entre le toléré et l’inadmissible. Ces lignes de démarcation ne se redéfinissent que lorsque se met en place un débat sur les causes de la transgression. Les logiques commerciales bousculent les hiérarchies traditionnelles lorsque les champions prennent une valeur marchande. Les affaires sont le signe de cette recherche de nouveaux interdits capables, après le professionnalisme et le dopage, de borner les frontières du mythe.

Lire la suite...


Catégorie: Controverses | aucun rétrolien

L’innovation technologique dans le Canoë Kayak

Auteur : Patrick Trabal

Lire la suite...


Catégorie: Controverses | aucun rétrolien

Extrait du mémoire de DEA : Vers une sociologie pragmatique

samedi 5 mars 2005, par admin

Auteur : Henrique Rodas

Le départ des jeunes footballeurs en fin de formation vers les clubs étrangers : Une sociologie pragmatique d’une prise de conscience collective

Lire la suite...


Catégorie: Controverses | aucun rétrolien